AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Let's play the game ~ | Hayato

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


♠ histoires : 42
♠ ici depuis le : 22/05/2011
♠ pseudo : Juh
♠ avatar : Sunny (SNSD)

CITIZEN INFO
♠ études / emploi: Lycéenne à Akeno ~
♠ pouvoir: Électrokinésie
♠ Book:


MessageSujet: Let's play the game ~ | Hayato Mer 8 Juin - 15:31


    Kaname Hayato & Aoki Hana



    Liberté quand tu nous tiens ! Il faisait beau et chaud ce jour-là alors la petite nippone ne cachait pas sa joie de pouvoir enfin sortir de sa prison. De toute façon, à part cela, elle ne voyait pas trop ce que pouvait être Akeno Geshuku. Un centre de recherches innovantes pour la science ? Bien sûr ! Et la considération de l’humain dans tout ça ? Oublié, balayée et semée au vent ouais. Pour elle, c’était outrageant et elle comptait bien mettre en pièces les plans du professeur un de ces jours. Tout le monde à l’orphelinat n’avait pas forcément envie d’être utilisé comme cobaye – une simple expérience entre autre – alors qu’il y avait tant de choses à voir. Surtout quand le pouvoir attribué pouvait devenir un sérieux handicap. Cela, Hana pouvait le confirmer. Avoir une surcharge d’ondes électriques en soi n’était pas ce qu’on pouvait appeler être une sensation agréable. Pour sûr que lorsque tout cela serait réduit à néant qu’elle n’aurait aucun regret. Empêcher des gens de sortir n’était pas vraiment un traitement enviable. Surtout quand il faut se cacher par peur d’être retrouvé. Elle en avait déjà vu plusieurs qui s’étaient fait attraper et réprimander pour cela. Et elle n’était jamais vraiment tranquille en sachant qu’Hayato lui-même était en cavale pour ne pas se faire attraper par les sbires d’Akeno. Tout ce qu’elle espérait c’était qu’il ne se ferait pas prendre cet idiot ! Non mais il l’énervait sérieusement parfois à prendre les choses à la légère. Surtout quand on savait ce qu’ils avaient en tête ces deux-là.

    Elle s’était préparée ce samedi matin, toujours avec un naturel avenant, en faisant en sorte d’arriver à l’heure. Car pour faire du sport, son ami n’avait pas envie de perdre une seule minute et s’il lui arrivait d’arriver cinq minutes ou plus après lui, il était probable qu’il la gronderait. Même si sa moue adorable l’amadouerait bien vite, haha. De plus, il n’y avait jamais besoin de trop se pomponner lorsqu’elle le voyait, vu que c’était pour faire du sport. Le jean et le débardeur furent donc les bienvenus pour pouvoir courir en toute tranquillité par un temps aussi ensoleillé. Évitant de trop se regarder dans le miroir, son pire ennemi, de toujours, elle prit soin cependant de se maquiller brièvement. Une seconde plus tard, elle tournait déjà le dos à son reflet, voulant le fuir à tout prix. Cela la poursuivrait probablement toute sa vie. Elle n’avait encore jamais expliqué à quelqu’un pourquoi d’ailleurs, même pas à son seul et unique ami, ni les raisons pour lesquelles elle était ici. Son histoire, elle la gardait précieusement car elle n’était pas encore prête à affronter ses vieux démons, ne sachant pas si elle en serait capable un jour. Une plaie profonde ne s’estompe pas simplement au fil du temps.

    Passant un simple rapide coup de brosse dans ses cheveux, elle rangea ensuite l’instrument dans son sac qu’elle avait déjà préparé. Pour gagner du temps, de la prévoyance était toujours utile. Elle ne mettait pas la chambre en désordre pour ne pas déranger Narumi. Un minimum de convenance tout de même. Elle s’était par ailleurs bien gardée de dire à Hayato qu’elles partageaient leur chambre. Avoir de bonnes relations avec ces deux-là était décidément chose compliquée. En regardant d’un air songeur sa tignasse brune – et seulement sa tignasse – elle songea qu’un de ces quatre une coloration pourrait peut-être être une bonne chose. Blond de préférence histoire de bien marquer le coup. Ou également de mettre le plus de distance entre son apparence et celle de sa défunte sœur. Ainsi elle aurait peut-être moins d’appréhension lorsqu’il faudrait passer par la case miroir. A voir. Enfilant son sac sur l’épaule, elle sortit de la chambre, enfin aller prendre l’air. Elle attendait ce moment depuis une semaine alors elle ne se priverait pas d’en profiter pleinement. Elle rebroussa cependant vite chemin car elle se rappela qu’elle avait oublié quelque chose. Quelque chose d’important en plus ! Elle prit l’objet en question et repartit de bonne humeur.

    Le quartier du parc dans lequel ils devaient se retrouver n’était pas bien loin mais cela faisait un bout de route quand on devait s’y rendre à pied. Eh oui, à défaut d’avoir de l’argent, il fallait bien qu’elle se débrouillât par elle-même. Elle devrait prochainement envisager le fait de trouver un petit boulot si elle voulait pouvoir continuer ses études. Quoique, si elle restait dans les cordes du règlement cela ne poserait pas de problème. Sauf qu’elle espérait tout de même que l’orphelinat aurait été anéanti avant des dix-huit ans. C’était là le projet qu’elle avait en tête avec Hayato : détruire l’établissement. Un peu ambitieux et prétentieux comme plan mais il était clair pour eux que de telles expériences ne devaient plus avoir lieu. Il suffisait de regarder quel danger son propre pouvoir pouvait représenter pour cela. Même elle, cela l’effrayait un peu quand elle se laissait submerger par sa colère. Autant dire qu’il ne fallait pas l’énerver si on voulait s’en sortir indemne. Dans l’histoire, c’était quand même elle qui souffrait le plus, ne serait-ce que par les séances imposées pour lui apprendre à contrôler ses émotions. Si elle n’y parvenait pas, c’était elle qui recevait les ondes, chose plutôt désagréable quand même.

    Elle était impatiente de voir comment son « grand frère » avait organisé le terrain pour jouer. Pas qu’elle le laissait impunément s’occuper de tout mais si elle s’en allait avec un pareil matériel, connaissant le côté sportif du jeune homme, ils auraient vite eu des soupçons et l’aurait suivie sans doute. N’oublions pas qu’il était toujours un hors-la-loi pour Akeno à ne pas être rentré donc mieux valait se la jouer discrets. Elle songea à la conversation virtuelle qu’ils avaient eue et se demandait encore ce qui l’avait soudainement autant pressé de partir. Un rendez-vous… étrange tout de même. Hayato n’était pas vraiment le genre de garçon qu’elle imaginait assis à table avec un dîner aux chandelles en prime. Pire encore, il ne lui avait rien dit ! C’était une chose qu’Hana ne supportait pas : ne pas être courant de ce qu’il faisait. Elle avait un côté un peu possessif comme ça et elle voulait à tout prix savoir ce que cela signifiait. Était-ce encore une énième virée nocturne ? Cela ne l’étonnerait même pas. Elle n’aimait pas trop quand il lui disait qu’il sortait avec d’autres gens, même si au fond elle se doutait bien qu’il n’allait pas rester cloîtré chez lui bien sagement. Elle sourit en pensant que déjà tout petit, il avait toujours été plein d’énergie dans leurs jeux, ne supportant pas rester inactif. Au moins, ça avait eu l’avantage de la rendre elle-même endurante pour rivaliser avec lui, car il était loin d’être un adversaire facile. Elle savait d’ores et déjà qu’elle aurait du mal à le battre au kronum, leur jeu du jour, vu que lui savait déjà y jouer grâce à son pouvoir. C’était pour cela qu’elle avait regardé la vidéo plusieurs afin de ne pas être trop perdue. Elle était sûre de ne pas gagner pendant le premier quart d’heure. Après, peut-être saurait-elle rivaliser.

    Elle arriva au parc, légèrement essoufflée, espérant ne pas être trop en retard. Même pas : pour une fois, elle était pile à l’heure ! Heureuse de ce rare exploit, elle se mit à chercher son ami des yeux. Elle le vit enfin, planté en plein milieu de la pelouse verdoyante, à l’attendre de pied ferme. Elle courut jusque lui toute heureuse de le revoir après cette longue et interminable semaine à patienter pour ce moment qui mettait un peu de joie dans son quotidien. Sa joie fut telle que – malgré son côté peu exigeant de câlins – elle lui sauta littéralement dans les bras. Heureusement qu’elle avait un gabarit plus léger que lui, sans quoi il se serait retrouvé à terre sur le champ ! Eh oui quand elle le voulait – et juste à ces moments-là – elle pouvait rivaliser avec son énergie à lui. Elle consentit tout de même pour le laisser respirer et pouvoir ainsi espérer jouer contre lui, ce qui aurait été compliqué sinon. Elle arbora un grand sourire, un peu désolé d’avoir manqué de l’étouffer.

    « Alors t’es prêt pour m’affronter j’espère ?! »

    Non, on ne pouvait pas dire que c’était le genre de choses habituelles que l’on disait quand on retrouvait un ami. Mais Hana et la sociabilité ça faisait deux, donc les convenances elle ne connaissait pas vraiment. C’était à se demander comment Hayato pouvait la supporter sans avoir honte de son franc parler peu courant et peu féminin aussi parfois. Enfin, il n’était pas vraiment mieux hein, mais chut ~ Elle songea alors au petit cadeau qu’elle avait préparé et qu’elle sortit de sitôt de son sac en le tendant fièrement vers son acolyte préféré. C’était un petit porte-clefs avec un ourson qu’elle avait fabriqué elle-même.

    « Tiens, c’est pour toi ! Et c’est moi qui l’ai fait ! »

    Sans blague, on aurait cru que ç’aurait pu être la voisine d’à côté. Aheum. Bref, il fallait dire qu’au moins, ça avait occupé ses journées et qu’elle avait pensé que pour remercier son ami de toutes les fois où il la faisait sortir de son calvaire, c’était plutôt pas mal. C’était tout ce qu’elle pouvait faire de toute façon, vu son statut économique peu glorieux et important. Elle espérait juste que cela lui plairait sans quoi, elle serait plus que déçue c’était certain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


♠ histoires : 79
♠ ici depuis le : 18/05/2011
♠ pseudo : Ayou
♠ avatar : Akanishi Jin, qui d'autre x) ?

CITIZEN INFO
♠ études / emploi: Etudiant Psychologie
♠ pouvoir: Mémoire Motrice Spontanée
♠ Book:


MessageSujet: Re: Let's play the game ~ | Hayato Lun 20 Juin - 19:01

Aujourd'hui était une belle journée. Même une très belle journée. Car en ce jour, Hayato avait rendez-vous avec Hana. Sa chère petite Hana qu'il n'avait pas revu depuis... cinq jours oui. Mais ce n'était pas le plus important. Il y avait un jeu de prévu et ça, Hayato y tenait... Alors dès qu'il entendit la petite sonnerie de son réveil se mettre en marche, il se leva, presque en criant de joie avant de se diriger dans sa salle de bain. Pour une fois qu'il était à l'appartement ! Il fit alors son « ménage de printemps » passant par une douche bien chaude, un rasage très efficace et un coup de brosse à dent bien placé suivit d'un coup de peigne pour parfaire le tableau. Il ne manquait plus qu'à s'habiller et il était prêt à retrouver sa « petite soeur ». Il avait toujours aimé Hana, surtout sa façon d'être. Bizarre puisque justement, ce n'était pas une chose que les gens appréciaient chez elle... Souvent on décrivait Hana comme une personne pessimiste, ce qui était vrai dans certain cas, mais Hayato avait toujours réfuté l'argument. A chaque fois qu'il la voyait, c'était avec un grand sourire qu'elle accourait vers lui. Et lui la rattrapait, comme toujours. Ah c'était vraiment des bons souvenirs...

Il sortit de la salle de bain, le coeur heureux, avant de se poster devant son armoire, l'ouvrant pour recueillir un pantalon de sport noir et un haut blanc... Sans compter les sous vêtements, bien entendu. Il n'était pas du genre à se la jouer Paris Hilton lors de ses sorties en boite de nuit... Même si, avouons le, Hayato sortait régulièrement avec Yuji. D'ailleurs la soirée qu'il avait passé il y a peu était vraiment excellente... Bon même si ils avaient encore un peu abusés sur la boisson, certes. Or, il fallait profiter d'une soirée pleinement. Alcool compris donc. Sinon, la soirée n'était pas génial. D'ailleurs sa recette d'une bonne soirée était alcool, rire et surement filles. Enfin comme dans toutes les soirées quoi. Et puis le plus important : Yuji ! Et oui, à eux deux, on pouvait très vite comprendre que la fête battrait son plein. Ils n'avaient plus à faire leurs preuves.

Une fois habillé, il sortit dans le couloir pour aller enfiler ses chaussures et sa veste... quoiqu'il repensa à la météo : il allait faire chaud déjà qu'il y avait un beau soleil qui brillait... Hum... Mieux valait abandonner la veste pour le moment. Il se releva de la marche où il était assis et ouvrit la porte de l'appartement japonais avant de repenser à un truc essentiel : le paquet de bonbon pour Hana. Mais oui ! Comment avait il pu l'oublier ? Il se donna une claque mentale avant de rentrer une nouvelle fois dans l'appartement dans le but d'aller prendre ce paquet. Il le trouva d'ailleurs dans la cuisine de même que son sac où tout le matériel était placé pour construire le terrain. Il soupira : tellement joyeux de retrouver Hana qu'il avait oublié le plus important. Ça allait encore qu'il avait le temps ! Il glissa alors le paquet de bonbon dans son sac et partit de l'appartement, le fermant à clé par la même occasion.

Arrivé sur le terrain du parc, il commença à défaire ses bagages. Il avait vérifié : personne n'avait pris possession du terrain verdoyant d'herbe alors il pouvait mettre en place son arsenal sans trop de problème. Ce qu'il fit juste à temps. Et oui, même à regarder des vidéos pour construire le terrain en version accéléré ne l'aidait pas à aller aussi vite. Une fois cela fait, il se rappela de la possibilité qu'un espion d'Akeno puisse le suivre... Il soupira : Non, jamais quelqu'un aurait l'audace de le suivre jusqu'au parc. De toute manière, même si il le faisait, il lui réglerait son compte une bonne fois pour toute. Mais par pur sécurité, il regarda un peu partout quand même, allant jusqu'à se retrouver au milieu du terrain. Bon, il n'y avait personne... Il pouvait très bien attendre la jeune fille. Sourire : il était prêt.

Soudain il la vit arriver en courant et il rigola avant de l'accueillir dans ses bras, la soulevant même du sol avant de la reposer. Dingue ce qu'ils s'étaient manqués hein ? Il frotta énergiquement le haut du crâne d'Hana comme si de bonjour avant qu'elle lui fasse part de sa première remarque. Pas de bonjour, il était habitué. Sauter dans ses bras, c'était sa façon à elle de lui dire « salut ». Il rigola.

« Prêt de chez prêt ! Tu vas voir, je vais encore gagner ! »

Puis soudain, il la vit sortir un objet de son sac... Qu'elle tendit évidement vers lui comme fière d'elle. Hayato, sous ses yeux surpris, vit alors un ourson mais remarquant sa petite taille ainsi que son anneau, il conclut à un porte clé. Il lui sourit tandis qu'elle lui annonçait que c'était elle qui l'avait créé. Et bien ! Cela lui faisait plaisir ! Elle avait du mettre du temps à le faire d'ailleurs ! Il le prit, ne pouvant s'empêcher de s'arrêter de sourire.

« Oh ben merci ! Il est sympa même si les oursons, c'est plus pour les filles ~ » La charria t-il.

Puis soudain il posa son doigt sur son nez, heureux de l'attention.

« Je plaisante. Ça me fait vraiment plaisir ! D'ailleurs je vais l'accrocher tout de suite à mon trousseau. »

Et aussitôt dit, aussitôt fait. Voilà qu'il se retrouvait avec un charmant nournours à son trousseau de clé. D'ailleurs le mit devant lui, admirant l'ourson.

« Ça a du te prendre du temps de le faire ! » Ne put s'empêcher de dire le garçon. « Oh ! D'ailleurs ! Fais moi penser que je t'ai pris un paquet de bonbons, il est dans mon sac pas très loin. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


♠ histoires : 42
♠ ici depuis le : 22/05/2011
♠ pseudo : Juh
♠ avatar : Sunny (SNSD)

CITIZEN INFO
♠ études / emploi: Lycéenne à Akeno ~
♠ pouvoir: Électrokinésie
♠ Book:


MessageSujet: Re: Let's play the game ~ | Hayato Ven 8 Juil - 19:16

    Pour la première fois de la semaine, on pouvait voir Hana rayonnait de bonheur et de joie. Il était sûr que si l’un des pensionnaires d’Akeno la voyait actuellement, le choc aurait été gigantesque. Au point même qu’ils ne seraient pas capables de la reconnaître et de supposer qu’elle avait certainement une sœur jumelle ou une parente qui lui ressemblait étrangement. Personne ne pouvait se douter que derrière son masque de fer impassible, la jeune fille pouvait savoir sourire. Oui, en tous points, elle était bien différente entre les moments où elle était à la pension et lorsqu’elle était avec Hayato. Le tournant qu’il avait marqué dans sa vie, jamais elle ne l’oublierait même si un jour peut-être leurs chemins venaient à se séparer pour une quelconque raison. Elle se rappellerait toujours de ce visage enfant qui lui avait face ce jour-là, alors qu’elle était perdue seule dans son mutisme à essayait de ne pas laisser son pouvoir dégénérer. Elle se souvenait que le soleil avait décidé de rendre cet épisode mémorable parce qu’elle avait dû plisser les yeux pour ne pas être éblouie par les rayons lumineux derrière le garçon. Elle devait bien l’avouer : leur rencontre demeurerait un des souvenirs marquants de sa vie qu’elle n’était pas près d’oublier, si bien qu’elle pouvait encore décrire les sensations de ce jour-là. Pourtant, la mémoire d’Hana était loin d’être performante, n’ayant à priori rien de plus précis que celles des autres. Mais les évènements qui avaient laissé une trace importante, elle savait les revoir et les raconter avec une émotion époustouflante, chose qu’elle ressentait toujours en pensant au petit garçon qui était venu la voir pour la première fois. A cette époque, personne n’aurait pu dire qu’ils deviendraient proches et aussi complices, bien au contraire. Tout le monde avait été sûr qu’il se serait fait rembarré royalement. Mais ils avaient su les épater en leur démontrant le contraire. Inutile de dire que cela demeurait un des mystères principaux pour les pensionnaires, qui ne comprenaient en rien ce que faisaient ces deux-là ensemble. Chacun avait ses hypothèses, plus frasques les unes que les autres mais personne n’arrivait à les cerner. Pour sa part, elle n’attendait pas d’eux qui les comprennent : elle savait combien sa façon de penser était marginale par rapport à la société, ce n’était pas une nouveauté. Apparemment, Hayato ne semblait pas s’en formaliser non plus et heureusement pour lui : il aurait largement eu de quoi péter les plombs sinon.

    Par pure prudence superstitieuse, elle jeta un coup d’œil autour d’eux. L’idée que son ami puisse se faire attraper à cause d’elle lui faisait avoir des nausées aussitôt. Elle ne le supporterait pas et quitte à le payer cher, elle n’hésiterait pas à tous les électrocuter de ses doigts. Il ne valait mieux pas venir lui chercher des ennuis, elle savait se montrer dissuasive quand elle le voulait, et parfois même sans réellement le vouloir. Son pouvoir venait à l’instinct, selon ses états d’âme, et donc non pas forcément de façon préméditée. Avantage comme inconvénient : elle pouvait se tirer d’une façon périlleuse plus rapidement comme causer des dégâts magistraux involontairement sans l’avoir souhaité. Pas pour rien qu’on s’était particulièrement occupé d’elle et qu’on tenait à l’avoir sur surveillance autant que possible : elle était une vraie arme humaine et qui savait ce qui pouvait arriver si des gens mal attentionnés arrivaient à se rapprocher d’elle. Dans un sens, Hana ne comprenait même pas pourquoi Akeno lui avait fait le cadeau de pouvoir sortir le week-end. Ce n’était pas vraiment une mesure qui regorgeait de sécurité. Mais elle se disait que le scientifique ne devait pas y voir d’inconvénient tant qu’elle savait se contrôler lors des tests qu’on lui faisait passer chaque semaine. Elle ne doutait pas une seconde que le jour où ils seraient particulièrement instables, elle pourrait dire adieu à ses sorties. D’où la précaution inouïe qu’elle prenait de toujours être calme avant chaque bilan et au pensionnat en général.

    Elle fut réjouie par l’entrain légendaire du jeune homme. Oh que oui, ils allaient bien s’amuser aujourd’hui encore. Il trouvait toujours des idées plus originales – voire farfelues – les unes que les autres pour que jamais ils ne s’ennuient. C’était une chose qu’elle ne connaissait pas à ses côtés et c’était également ce qui la motivait encore plus à le retrouver au plus vite. Son sourire la rassura également : son cadeau avait l’air de lui convenir, même de lui plaire peut-être. Nerveuse, elle se tritura les doigts, en se pinçant la lèvre inférieure, fâcheuse manie qu’elle avait attrapée. Elle eut un instant de doute lorsqu’il lui dit que les oursons étaient plutôt pour les filles. Oh oh, il n’allait pas le prendre mal quand même ? Si ? Un vent de panique l’habita et même s’il avait l’air de rigoler, ça l’avait plutôt contrariée. Cependant, elle se sentit un peu moins mal à l’aise lorsqu’il commença à embêter son nez de doigt. Argh, il savait qu’elle n’aimait pas ça. Elle secoua donc sa petite tête pour qu’il cesse de la taquiner.

    « Je plaisante. Ça me fait vraiment plaisir ! D'ailleurs je vais l'accrocher tout de suite à mon trousseau. »

    Si l’on devait comparer le visage d’Hana à celui d’un qui était typique des mangas, on pourrait la dessiner avec des étoiles à la place des yeux. Le compliment lui rendit son sourire éclatant. Faire plaisir à son grand frère de cœur était quelque chose qui la rendait incontestablement contente parce qu’il comptait énormément pour elle. Et elle se doutait bien, même s’il n’en disait jamais rien, que l’on devait lui poser pas mal de questions sur le comment du pourquoi il était gentil avec elle. Alors cet ourson, c’était la moindre des choses qu’elle puisse faire pour lui, car malgré tout, Hana n’était pas du genre à crier ses sentiments haut et fort. Elle n’avait d’ailleurs pas encore été prête à lui faire part de ses noirs démons qui la hantaient encore. On ne pouvait pas trop lui en demander tout de même ! Quelle idée de toute façon était-ce : il n’y avait pas d’intérêt à l’embêter avec cela. Même si une petite voix lui criait intérieurement que ce serait mieux pour elle d’en parler enfin avec quelqu’un. Car même si les choses s’étaient arrangées avec Cho Jin, on ne pouvait pas dire que ce fût un réel pas en avant : elle ne trouvait jamais le moyen d’évoquer son terrible passé. Elle regarda d’un air émerveillé le porte-clefs, désormais attaché au trousseau de son ami. Si elle n’avait pas peur de réellement l’étouffer, elle lui aurait sauté à nouveau dans les bras, tant cela la rendait euphorique.

    « Ça a dû te prendre du temps de le faire ! Oh ! D'ailleurs ! Fais-moi penser que je t'ai pris un paquet de bonbons, il est dans mon sac pas très loin. »

    Du temps ? Certes, mais elle avait bien du temps à perdre à la pension : hors des cours, elle n’avait pas grand-chose à faire, pour ne pas dire rien tout simplement. Durant les heures où tous passaient leur temps à parler avec leurs amis ou étudier, elle s’était occupée à fabriquer ce petit cadeau avec attention et application. Cela avait rendu son quotidien moins monotone et au moins, elle savait qu’elle ne faisait pas quelque chose d’inutile. Ne sachant pas encore ce qu’elle comptait faire, l’école lui paraissait bien futile alors elle ne s’en souciait pas, même si cela risquait de lui faire défaut plus tard. Son sourire s’étira à l’évocation du paquet de bonbons, apparemment lui aussi avait prévu quelque chose pour leurs retrouvailles. Les sucreries, c’était le petit péché mignon d’Hana et il ne le savait que trop bien celui-là. S’il croyait que ça la rendrait plus indulgente dans leur affrontement sportif, il se mettait le doigt dans l’œil : elle savait mettre de côté son affection pour le brun lors de leurs défis même si cela ne lui valait pas toujours la victoire : Hayato n’était pas un adversaire facile à battre, encore moins à cause de sa petite taille. Son aptitude incroyable à savoir tout reproduire, elle-même l’admirait et en était époustouflée. Elle était certaine qu’il ne manquerait pas de la surprendre une fois encore.

    « Oh merci ! S’exclama-t-elle toute joyeuse, mais tu veux vraiment m’engraisser dis donc ! Avoue que c’est une vaine tentative de me faire perdre mon habileté avec quelques kilos supplémentaires. »

    Son ton était joueur et plein de défi. Elle aimait bien aussi lui envoyer des piques de temps à autre, tout comme lui bien sûr. Un genre de rapport de force amical qu’ils appréciaient parce qu’ils trouvaient un adversaire de taille dans ce petit jeu. Ce qui ne les empêchait pas de s’adorer énormément, malgré tout, sans tomber dans les romans à l’eau de rose. On les avait trop marginalisés dès le départ pour cela. Il était d’ailleurs fort peu probable qu’un des pensionnaires ait une existence jugée « normale » dans la société après être passé par tout ce qu’il avait vécu. Les enfants d’un orphelinat partaient d’office avec des bases moins solides mais ils s’en sortaient, c’était possible. Mais eux ? C’était plus que cela, pour ne pas dire pire. On les avait utilisés comme cobayes : comment vivre sereinement avec ça ? Ils ne pouvaient pas y échapper, aussi insouciamment puissent-ils agir parfois : l’évidence les rattraperaient toujours. Enfin si Hayato avait l’air de ne pas trop s’en soucier, Hana pour sa part vivait un véritable calvaire avec son électricité interne. Ce n’était pas simple à gérer et c’était bien plus dangereux que de savoir reproduire ce que tel ou tel individu faisait. Elle savait combien elle était dangereuse et combien il fallait la redouter : ça la bouffait littéralement de savoir qu’elle ne pourrait, au grand jamais, baisser sa garde sous peine de créer des ravages. Akeno lui avait administré un fardeau dont il lui serait à jamais impossible de se défaire et elle lui en voulait énormément pour cela. Jamais elle ne lui pardonnerait de lui avoir pris sa liberté, jamais.

    Oubliant ses mauvaises pensées, elle songea à nouveau à leur fameuse conversation. Elle comptait bien soutirer les informations à Hayato. Avec qui était-il à ce fameux rendez-vous ? Était-ce une sortie ou bien une entrevue importante ? Et si ça avait un rapport avec le renversement de l’orphelinat ? Elle devait savoir ! Elle voulait toujours tout savoir, quitte à être particulièrement indiscrète et sans gêne, l’idée qu’il puisse lui cacher quelque chose lui était insupportable. Elle ne le tolérait et même si ça devait créer une exaspération chez lui ou une moquerie bien affirmée, elle comptait bien lui tirer les vers du nez. Toujours, elle parvenait toujours à ses fins parce qu’au fond, il savait bien qu’il ne pouvait rien lui cacher et qu’elle ne cesserait pas son interrogatoire tant qu’il n’aurait pas répondu. Eh oui, Hana était une pile électrique également au sens figuré, ce qui arrangeait Hayato dans leurs activités, mais certainement moins quand elle mettait autant d’ardeur dans ses questions, que certains jugeraient mal placées.

    « Au fait ! Sur MSN, tu m’as dit que t’avais rendez-vous… c’était quoi ? Qui t’es allé voir au juste ? »

    Les poings posés sur les hanches et le regard inquisiteur, elle avait la parfaite allure d’une enquêteuse sévère. Oh non, elle ne le laisserait pas se défiler hors de question. Il allait lui répondre et vite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Let's play the game ~ | Hayato

Revenir en haut Aller en bas

Let's play the game ~ | Hayato

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Escape :: .tôkyô :: habitations :: secteur moyen-