AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Visite surprise, enfin, pas tant que ça | pv - Yuri

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


♠ histoires : 181
♠ ici depuis le : 15/05/2011
♠ pseudo : mina
♠ avatar : Nishikiki
♠ DC : nop'

CITIZEN INFO
♠ études / emploi: étudiant en langues étrangères
♠ pouvoir: métamorphisme
♠ Book:


MessageSujet: Visite surprise, enfin, pas tant que ça | pv - Yuri Mar 24 Mai - 20:36

Yuji était allongé telle une grosse larve sur son lit. Il s’ennuyait ferme, et lorsqu’il tournait en rond, il devenait vite désagréable avec son entourage. Pour l’heure, il regardait le plafond blanc de son petit studio sans but précis, ne serait-ce peut-être de croire qu’observer ainsi ce qu’il avait au-dessus de sa petite tête brune lui apporterait quelque chose. Mais il fallait avouer qu’un plafond de chambre n’avait pas vraiment d’histoire, à moins qu’on s’intéresse à la micro-tâche de moisissure apparaissant par-là, ou alors à la mince toile d’araignée qui commençait à grossir entre la poutre et le mur ? Non, vraiment, un plafond n’ avait pas une histoire très passionnante à dévoiler, et Yuji poussa un soupir qui en disait très long sur son ennui.
Il finit par se lever, et s’installa à son bureau pour allumer son ordinateur. Il lui avait été fournir par le personnel de la pension, et il était persuadé qu’ils avaient installé des logiciels espions pour le surveiller à distance, histoire qu’il ne fasse rien de non appréciable par Akeno. Comment vouliez-vous mener une révolution contre cet affreux système de son ex pension si on était sans cesse épié ?
Une fois que l’appareil fut en route, Yuji ouvrit msn pour aller voir ses mails. Une fois connecté, il constata que son pote Hayato, venant lui aussi de la pension, était en ligne. Tout sourire, il lança la conversation. Cela faisait un moment qu’ils n’avaient pas fait de soirées ensembles et il fallait remédier à cela au plus vite !
Ils discutèrent un moment de tout et rien, comme deux bons amis qu’ils étaient, et planifièrent une virée nocturne pour ce soir, vingt-et-une heures. Yuji était ravi, il avait au moins un programme pour sa soirée. Il avait également mentionné la salle d’arcades durant sa conversation avec Hayato et il était donc décidé à s’y rendre. Mais pas tout de suite, il avait faim et allait d’abord se cuisiner un truc, en essayant de préférence de ne pas mettre le feu au studio.

Yuji se dirigea donc vers la minuscule cuisine dont il était en possession, et sortit de quoi faire une omelette au riz. Un de ses plats favoris, et simple à faire en plus. M’enfin, il n’était pas bien doué en ce qui concernait ses compétences culinaires mais ça au moins, il était sûr de le réussir.
Son lieu de vie n’était pas bien grand, en effet il ne comportait que deux pièces : la plus grande, composée d’un petit coin salon et d’un petit coin cuisine dans laquelle il se trouvait actuellement, et la seconde qui abritait sa chambre avec un lit, une armoire et un bureau et une micro salle de bains. Mais pour une seule personne, cela suffisait amplement. Et quand il invitait une conquête, il n’y avait pas vraiment besoin de deux lits, si vous voyez ce que je veux dire. Surtout si c’était Yuri ~
Quelques minutes de préparation plus tard, et l’omelette était prête. Il y en avait au moins pour quatre personnes, Yuji faisait souvent plus que ce qu’il avait besoin pour conserver. En grand flemmard, il préférait manger quatre fois la même chose d’affilée que de cuisiner tous les jours en risquant sa pauvre vie.
Il allait se mettre à table quand la sonnette de son studio retentit. Il se leva et se dirigea vers l’entrée, prêt à ouvrir. Il ne perdit même pas de temps à se demander qui attendait derrière la porte, parce que pour débarquer chez lui à n’importe quelle heure de la journée, ce ne pouvait être que . . .

Yuri ! Quelle bonne surprise, entre donc ~

Yuji s’effaça pour la laisser entrer. Il retint un soupir lassé, il fallait vraiment qu’elle vienne l’épier H24 ou quoi ? Encore un peu et il la prendrait pour une sbire d’Akeno ! Il n’était pas si loin de la vérité tout compte fait puisque la brunette travaillait à la pension. Mais ça, elle s’était bien gardée de le lui dire !
Il la conduisit jusqu’à la pièce principale et lui proposa une chaise. Il jeta un œil à son omelette toute fumante, et, poli, ajouta :

Je viens de me préparer ça, t’en veux ?

Adieu l’après-midi aux salles d’arcades, et bonjour les sermons quotidiens de miss Hasegawa ! Ils avaient beau être séparés depuis un moment, elle ne pouvait s’empêcher de lui rendre des visites régulières pour s’assurer que tout allait bien pour lui. Frigo rempli, linge propre et repassé, courses faites, lit fait … Tout ça quoi. Ca agaçait quelque peu Yuji mais il ne bronchait pas trop, car il appréciait la jeune femme et c’était un moyen comme un autre de la voir régulièrement sans se chercher mille excuses …

Hj – bon j’suis naze pour mes débuts mais voilà ~

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://escape-rpg.asiat-world.com


♠ histoires : 24
♠ ici depuis le : 18/05/2011
♠ pseudo : Sora
♠ avatar : Kitagawa Keiko
♠ DC : None

CITIZEN INFO
♠ études / emploi: Etudiante en littérature / femme à tout faire d'Akeno Geshuku
♠ pouvoir: Aucun
♠ Book:


MessageSujet: Re: Visite surprise, enfin, pas tant que ça | pv - Yuri Mer 25 Mai - 20:20


Visite surprise, enfin, pas tant que ça

Yuri ne s'ennuyait pas, elle n'avait juste rien à faire. Du coup, elle avait passé une bonne partie de la matinée à grogner, l'autre partie à s'engueuler au téléphone, et la troisième... Était en cours. A voir ce que donnerait le vote de son subconscient. Pour l'heure, la belle brune se contentait de faire le tour du pâté de maison en levant le nez vers le ciel, ce qui lui arracha un profond soupir d'ennui. Pas de sortie en vue, aucun devoir à remettre, tous les livres de sa bibliothèque terminés, quant à son ordinateur, il était rare qu'il arrive à la retenir plus de quelques minutes. Miss Hasegawa, en bonne jeune femme râleuse, ne trouvait pas justifié que l'électronique prenne plus de la moitié de sa vie. Par logique, ses études l'obligeaient déjà à rester dessus trop tard à son goût, et en plus elle avait un talent rare pour toujours se connecter quand personne n'était là. Bonjour, malchance. Se posant à l'arrêt de bus, sans raison précise, l'étudiante récupéra son portable dans la poche de son jean moulant et parcourut brièvement les derniers sms en date qu'elle avait reçu. Un de Yuji pour lui dire de lui foutre la paix, un autre de sa cousine pour réclamer de l'argent. « Et puis quoi encore ? » Marmonna-t-elle. Pour résumer, rien de d'intéressant, et le plus récent datait de deux jours déjà. Inutile de préciser que ce n'était pas le plus passionnant des deux, et... Relevant la tête, elle fixa son regard furieux sur la source du bruit qui avait interrompu ses pensées. Le car, évidemment. Sans plus de manières, claquant la paume de sa main sur un genoux tandis qu'elle rangeait l'objet du délit de l'autre, la japonaise se releva énergiquement et grimpa dans le véhicule, payant rapidement le voyage avant d'aller s'asseoir tout au fond. Personne ne lui donnait de nouvelles ? Soit, elle irait les chercher en mains propres. Pas comme si l'appartement de son ex était si loin, et de fait, elle se retrouva rapidement à enclencher la sonnette et à descendre sur le trottoir. Une rue seulement, ça lui laisserait le temps de macérer une bonne réplique pour cette espèce de goujat incapable et lui rappeler par là même qu'elle existait toujours, qu'il le veuille ou non. Hors la majorité du temps, il le voulait. En tout cas, son corps se montrait globalement plus parlant que lui sur le sujet, et presque plus féroce que ses paroles pour exprimer à quel point elle le faisait chier.

Chrono en main, il fallut seulement une minute trente-deux à la nippone pour atteindre le bas de l'immeuble, et encore cinquante-cinq secondes pour monter à l'étage de Yuji. Compter, c'était le meilleur moyen d'oublier que les marches d'escalier avaient été créées pour faire perdre du temps aux gens normalement constitués. Pour d'autres, c'était le meilleur lieu de rencontre possible, quand c'était pas juste sur le pallier. Justement, Yuri se permit un regard furax à la voisine de celui qu'elle venait voir, laquelle le lui retourna avec autant d'entrain qu'une vache mastiquant son herbe devant un train qui passe. C'était pas la première fois, aussi se contenta-t-elle d'un vague salut de la tête en passant nerveusement sa main dans ses cheveux. Vu la froideur de la concernée, elle s'était souvent demandé si par hasard celle-ci n'entendait rien à travers les murs de l'appartement. Voilà qui aurait été fâcheux, quand bien même l'étudiante n'était ni timide ni gênée. C'est surtout de pitié qu'il s'agissait, le même type de pitié qui lui fit taper du pied au sol après avoir sonné chez Yuji. Deux fois, pour faire bonne mesure, parce qu'elle se posait là question patience. « Il va me faire attendre encore... » Et là, comme si il avait entendu, la porte s'ouvrit sur sa silhouette finement musclé, réduisant la belle au silence pendant un quart de secondes. « ... Longtemps... » « Yuri ! Quelle bonne surprise, entre donc ~ » Ça, c'était de l'accueil. Tout du moins, ça l'aurait été si l'un et l'autre ne savaient pas exactement ce que l'autre pensait, ce qui était le cas à ce moment précis. A tous les coups, il pensait au meilleur moyen de la supprimer de la surface de la terre. Ou tout du moins, de son porche, souhait qu'elle lui accorda en moins de temps qu'il en faut pour le dire en se glissant entre le chambranle de la porte et lui, le frôlant au passage. « Salut Yuji, contente de te voir aussi. T'as une tête de déterré. » Yuri, ou l'art de rentrer de suite dans le vif du sujet. A défaut, son regard en disait déjà plus long que sa bouche : Au moins, il était vivant. A peine la porte refermée, il la conduisait déjà dans la pièce principale, et c'est à peine si elle attendit qu'il lui propose une chaise pour s'installer.

« Je viens de me préparer ça, t’en veux ? » Trop généreux de sa part, mais elle avait déjà piqué assiette et baguettes pour s'en servir une bouchée. Parce qu'il fallait en plus qu'elle soit d'une politesse exagérée avec lui ? Non, quand même pas. « Toujours aussi bon. » Forcément puisque c'était le seul plat, ou presque, qu'il était foutu de préparer. Elle l'avait même déjà vu rater des pâtes, c'était pour dire. Son souvenir lui chuchotait qu'en l'occurrence, c'était grâce à ça qu'il l'avait invitée au restaurant. Une fois, rien qu'une fois. Il faut dire qu'elle s'était arrangée pour faire à manger quand elle venait après ça. Pas suicidaire la fille. « Dommage que tu m'en fasses pas plus souvent. » Lâcha-t-elle entre deux mâchonnements. « Tu m'en fais une autre ? » Un, deux... Trois ! Ça y est, le regard de chien battu était en action. Pas très crédible vu qu'elle venait de lui piquer son repas, ce à quoi elle sembla penser quelques secondes plus tard, comme une petite piqûre de rappel. « T'en veux ? Dis 'Aaaah' ! » Dans un vieux réflexe, la brune leva ses baguettes et les tendit vers le principal concerné, un petit sourire goguenard aux lèvres. C'est qu'elle se moquait consciemment de lui là, non ? « Si t'es sage, je te dis ce que je fais là. » Comme si ça allait le convaincre. Quoiqu'il en soit, elle continuait à sourire de toutes ses dents, visiblement fière d'elle. Passer plus d'une minute sans asticoter Yuji, c'était d'une difficulté... Pour elle, il n'existait rien de pire que de devoir rester sérieuse en face de lui. Impossible. Et puisque Monsieur risquait de ne pas se prêter à son jeu, il y avait peu de chances qu'elle lui avoue qu'elle s'ennuyait au point de presque le supplier de lui trouver une occupation. Question de fierté personnelle.
( HJ – Une occasion de piquer la nourriture de Yuji, ce n'est jamais mauvais, na ! )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


♠ histoires : 181
♠ ici depuis le : 15/05/2011
♠ pseudo : mina
♠ avatar : Nishikiki
♠ DC : nop'

CITIZEN INFO
♠ études / emploi: étudiant en langues étrangères
♠ pouvoir: métamorphisme
♠ Book:


MessageSujet: Re: Visite surprise, enfin, pas tant que ça | pv - Yuri Sam 28 Mai - 7:49

L’accueil de Yuri – même si pour le coup c’était elle qui s’invitait chez lui, était toujours aussi charmant. Une tête de déterré, et puis quoi encore ? Elle voulait qu’il lui décrive la sienne, peut-être ? Cette fille était d’un franc-parler affolant et il en restait encore tout chamboulé. Bon, pour le coup, il la laissa quand même entrer malgré ses salutations acides. Passant outre son attitude révoltante, il alla même jusqu’à lui proposer une part d’omelette, mais Yuri était tellement polie qu’elle n’attendit même pas qu’il propose pour s’installer à table et lui piquer ses couverts afin de prendre un bout de la fameuse omelette. Soupirant, elle ne changerait donc pas d’un pouce, il s’assit à son tour et l’observa manger. Au moins, elle le complimenta sur l’état de ce qu’elle venait de fourrer dans sa bouche et apparemment ça convenait à son palais délicat. Yuji esquissa un sourire un peu mesquin et haussa un sourcil, l’air de dire « tu crois quoi, je suis le pro de l’omelette moi ! » Pourquoi ne pas l’avoir dit à voix haute ? Elle aurait immédiatement trouvé à répliquer, lui aurait rappelé avec un ton sec comme elle savait le faire que c’était bien la seule chose qu’il soit capable de cuisiner sans foutre le feu à tout le studio. Bien sûr qu’elle avait raison, lui-même admettait avoir de grosse lacunes en cuisine, mais c’était ça d’avoir passé dix-huit ans dans un orphelinat où les membres du personnel étaient payés pour faire à manger à longueur de journée. Il n’avait pas appris grand-chose durant son séjour là-bas, à part à maîtriser son pouvoir, et le système des clubs n’était plus à la fac, alors à moins de se payer des cours de cuisine par ses propres moyens, c’était peine perdue. Et Yuji n’avait ni l’envie ni le temps de s’adonner à ce genre de pratiques.
Donc il ne dit rien car il avait sa fierté et n’aimait pas quand Yuri lui rappelait et soulignait ses points faibles. Il se contenta de ce sourire un peu bizarre qu’il ne réservait qu’à elle.
Puis Yuri rajouta que c’était dommage qu’il n’en fasse pas plus souvent et elle lui en demanda une autre.

Et puis quoi encore, si j’en refais c’est pour moi, tu m’as piqué ma part espèce d’égoïste !

Et son regard de cocker attendrissant n’y ferait rien, elle lui piquerait encore et encore sa part pour le narguer juste sous son nez comme elle le faisait en ce moment. Mais elle sembla se raviser puisqu’elle lui demanda soudain s’il en voulait en lui faisant « aaah », vous savez, comme pour les gosses de trois ans à qui on a du mal à donner la becquée parce qu’ils en fichent partout et préfèrent s’amuser avec le pot de yahourt que de réellement le manger ? ( je parle de vécu là x.x ). Mettant sa fierté qui était en train de se battre en duel avec son estomac, de côté, Yuji approcha sa bouche des baguettes que lui tendait Yuri et goba la part d’omelette qui pendait au bout de celles-ci. Il était content d’avoir réussi une fois de plus ce plat, car même si c’était le seul, au moins ça avait le mérite d’être plutôt bon.
Puis elle lui annonça que s’il était sage, elle lui annoncerait les raisons de sa venue surprise ici.

C’est quoi pour quelqu’un comme toi, ‘’être sage ?’’

Yuri avait des idéaux tellement particuliers que Yuji préférait se renseigner avant de faire quoi que ce soit. Elle avait toujours des idées tordues derrière la tête à lui faire « partager » et il était devenu méfiant au fil du temps. Avec eux, c’était soit les chamailleries enfantines, soit une partie de jambes en l’air. Ils n’étaient pas fichus de parler comme deux personnes normales. Bon, ok, sur les deux, y en avait un qui n’était pas vraiment normal, puisqu’il pouvait se transformer en ce qu’il voulait. D’ailleurs Yuri n’était pas du tout au courant de ses facultés spéciales. Les orphelins d’Akeno Geshuku étaient tenus au secret, et Dieu sait ce qui lui arriverait, à lui comme à elle, s’il venait à la mettre au courant … Bien sûr, s’il savait qu’elle-même travaillait à Akeno Geshuku, et donc qu’elle savait pour les pouvoirs, les choses seraient bien plus simples ! Mais bon.

Dis, tu te cherchais un boulot à mi-temps pour payer tes études, t’as fini par trouver ?

Il avait soudainement pensé à ça, allez savoir pourquoi. Il souvenait qu’une fois, Yuri avait débarqué chez lui comme une furie pour lui demander s’il ne connaissait pas un endroit où travailler. Il lui avait sèchement rétorqué que s’il savait, il aurait d’abord pensé à lui avant de penser à elle, ce qui avait déclenché une énième dispute entre les deux jeunes gens. Voyez-vous, Yuji manquait parfois cruellement de tact et sur ce coup-là, ça avait été le cas. D’un côté c’était vrai, lui aussi devrait se trouver un job à temps partiel, mais cela ne semblait pas courir les rues ces temps-ci. Mais il y avait d’autres manières de balancer ça à quelqu’un, et ce jour-là Yuji n’avait pas choisi la meilleure.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://escape-rpg.asiat-world.com


♠ histoires : 24
♠ ici depuis le : 18/05/2011
♠ pseudo : Sora
♠ avatar : Kitagawa Keiko
♠ DC : None

CITIZEN INFO
♠ études / emploi: Etudiante en littérature / femme à tout faire d'Akeno Geshuku
♠ pouvoir: Aucun
♠ Book:


MessageSujet: Re: Visite surprise, enfin, pas tant que ça | pv - Yuri Dim 29 Mai - 15:44


« Et puis quoi encore, si j’en refais c’est pour moi, tu m’as piqué ma part espèce d’égoïste ! » Le pire, avec Yuji, c'était sans doute son répondant. La raison ? Facile. Quand il adoptait cet air de gamin indigné à qui on venait de voler ses billes, la jeune femme était incapable de résister à l'envie de s'étouffer de rire sur le champs. Heureusement pour lui, l'omelette, comme tout ce qui se mangeait d'ailleurs, avait le don de la réduire au silence. Le temps de la mastication, tout du moins. Quant à l'idée de se moquer ouvertement de lui, la brune avait trouvé une méthode hautement plus intéressante que celle de s'étouffer aussi sec en lui tendant un bout d'omelette par-dessus la table. Le prendre pour un gosse ? Non, quand même pas. Physiquement, elle était parfaitement au courant qu'il n'en était pas un. Mentalement, ça restait à vérifier, mais ça n'empêcha pas l'étudiante de regarder son ex gober la part généreuse qu'elle venait de lui proposer, son sourire s'étirant à mesure qu'il semblait prendre plaisir à manger. Oubliée, la légendaire fierté du célèbre coureur de jupons. Satisfaite de son manège, la belle reprit donc là son repas, annonçant d'un ton joueur les conditions pour obtenir les raisons de sa présence à une heure pareille. « C’est quoi pour quelqu’un comme toi, ‘’être sage ?’’ » Yuji, ou l'art de toujours tomber dans le panneau. Enfin non, pas tout le temps, mais assez souvent pour que Miss Hasegawa se permette de lui lancer un regard moqueur tandis qu'elle portait les baguettes à ses lèvres avec une innocence feinte. Des idées, elle en avait des tas. C'était même sans surprise qu'elle les partageait encore régulièrement avec son compagnon de tablée, parfaitement au courant qu'il n'y avait pas dix millions de façon de terminer une discussion avec lui. Au choix, en criant le plus fort possible ou en provoquant l'autre aux jeux du désir. Malheureusement pour elle, la première solution arrivait de plus en plus souvent dernièrement, quoique la dispute se terminait une fois sur deux sous les draps.

« Être à mon service toute la journée, par exemple ? » Lui, à son service ? Malgré l'air pensif qu'elle affichait, elle savait parfaitement que ce n'était pas le genre de la maison. Pire, si il lui prenait l'idée folle de dire oui, elle pouvait être sûre d'être morte à la fin de la journée. Entre la cuisine qui ne valait guère mieux que du poison, sa tendance à être détourné dès qu'il croisait une jolie fille et sa fierté maladive qui lui faisait dire non à trop de choses à son goût, Yuji ne valait vraiment pas le détour en tant que serviteur. Résultat des courses, un sourire mutin prit naissance sur sa bouche pulpeuse et elle reprit un morceau d'omelette, parfaitement sereine. Aussi étrange que ça puisse paraître, avoir une discussion aussi stupide avec lui la détendait toujours, ce qui n'était pas gagné compte tenu de son caractère. « Enfin, puisque j'ai décidé d'être gentille avec toi aujourd'hui - Et aujourd'hui seulement, profites-en bien -, tu peux te contenter de m'emmener dans un endroit marrant. Surprends-moi ! » Venant d'elle, il était inutile de préciser que ce qu'elle lui demandait était à ses frais. Histoire de ne pas perdre en fierté, elle lui lança un long regard méfiant. « Je suis là parce que je suis en manque de nouveauté. » Une phrase que le jeune homme connaissait sans doute par cœur mais qu'elle n'avait jamais manqué de lui ressortir pour se justifier en toute occasion. La traduction était donc qu'elle s'ennuyait comme un rat mort depuis qu'elle s'était réveillée, en clair. En suivant la logique, on pouvait aussi en conclure que la crise existentielle était proche, la bête n'ayant été calmée que pour quelques minutes qui prendraient fin dès que l'assiette serait complètement vide. Vu la vitesse à laquelle elle allait, ça pouvait prendre un petit moment, plus intéressée par le fait de déranger Yuji que de se rassasier, ayant déjà mangé pour quatre le matin même. A force d'être toujours occupée et de prendre des heures supplémentaires sur le temps de midi quand elle bossait à la pension, la brune en avait totalement oublié l'existence du repas à cette heure de la journée et, ceci expliquant cela, ne comptait même pas sur le fait de terminer l'omelette géante de son ex. En somme, la meilleure méthode pour faire chier son monde.

« Dis, tu te cherchais un boulot à mi-temps pour payer tes études, t’as fini par trouver ? » Bizarrement, il avait toujours eut le don de poser les pires questions aux pires moments. C'était comme ses répliques dès qu'on touchait à un point sensible, ça ne ratait jamais. « Évidemment que j'en ai trouvé un ! En moins de temps qu'il en faut pour le dire, même. D'ailleurs, tu connais peut-être, je bosse à... » Gloups. Pour sa part, sa plus grande qualité consistait à être tellement insouciante qu'elle commençait souvent des phrases qu'elle ne terminait jamais. Là, par exemple, Miss Hasegawa avait perdu de sa superbe et s'étouffait à moitié avec la fournée qu'elle venait de glisser dans sa bouche. Seulement voilà, d'habitude, elle n'était pas aussi proche de déclencher la troisième guerre mondiale en un seul mot. Évitant soigneusement le regard de son vis-à-vis, Yuri lâcha ses baguettes et se leva brusquement. « Tu m'excuses deux secondes ? J'ai avalé de travers. » Mais oui, bien sûr. L'autre soucis du moment, c'est qu'en parfait ancien petit ami, le japonais la connaissait presque à la perfection et savait, par là même, qu'elle rougissait dès qu'elle mentait. Et justement, qui avait les joues rouges de honte ? Dans un demi-tour aussi violent que celui d'une tornade, Yuri se hâta de rejoindre le coin cuisine pour y prendre un essuie-tout afin de l'appliquer sur ses lèvres. « Bordel ! » Marmonna-t-elle en frottant furieusement sa bouche pour mieux masquer ses imprécations. « Comment peut-on être aussi conne ! » Inutile de mâcher ses mots, la situation était déjà trop proche de la catastrophe pour ça. Mais revenons en arrière, voulez-vous ? Pour dire la vérité, la brune travaillait depuis peu à Akeno Geshuku, un orphelinat assez bizarre dans lequel les jeunes y résidant possédaient des pouvoirs. Rien de bien méchant, si on mettait de côté l'histoire surréaliste qu'elle avait dut avaler à son premier jour là-bas, sauf que... Yuji détestait cette pension. Concrètement, la belle ne savait pas pourquoi, mais c'était suffisant pour ne pas vouloir lui en parler, connaissant la nature colérique de ce dernier. Terminer leur étrange amitié sur une note pareille, ce n'était pas précisément ce qu'elle souhaitait le plus au monde, quand bien même sa franchise lui criait-elle à tout instant qu'elle ferait mieux de lui dire tout de suite avant qu'il l'apprenne de lui-même. Du coup, quand elle revint s'asseoir après avoir balancé le bout de papier dans la poubelle, une aura de malaise pesait autour d'elle. Pas très courant, en fait, et indéniablement louche, ce qui ne l'empêcha pas de lâcher un petit rire nerveux en poussant l'assiette vers le brun. « Je crois que ma gourmandise a décidé de m'achever ! Tiens, tu ferais bien de finir avant que ça soit froid. » Changer de sujet, vite. Vite et bien, de préférence. Encore une fois, ce n'était pas son plus grand talent non plus. « Vous sortez pas quelque part avec Hayato ce soir, par hasard ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


♠ histoires : 181
♠ ici depuis le : 15/05/2011
♠ pseudo : mina
♠ avatar : Nishikiki
♠ DC : nop'

CITIZEN INFO
♠ études / emploi: étudiant en langues étrangères
♠ pouvoir: métamorphisme
♠ Book:


MessageSujet: Re: Visite surprise, enfin, pas tant que ça | pv - Yuri Lun 30 Mai - 15:42

A son service toute la journée ? Elle ne tenait pas beaucoup à sa vie à quémander ce genre de requêtes ! Non, vraiment, Yuji n’était pas vraiment le meilleur garde du corps dont on puisse rêver ! Il était mauvais en cuisine, Yuri venait juste de le lui rappeler avec un sarcasme apparemment comme elle savait si bien y faire. Il ratait tout ce qu’il entreprenait lorsqu’il s’agissait de plats mijotés par ses soins, hormis cette fameuse omelette qu’elle était actuellement en train de dévorer sans scrupules sous le nez du cuisinier en herbe. Ensuite, il n’était pas vraiment un bon compagnon d’amusement, et surtout il abandonnait assez vite les gens pour aller se balader ailleurs. Du moins, que Yuri ne compte pas sur lui pour qu’il se focalise sur elle toute la sainte journée ! Si une jolie fille passait sur son chemin, croyez-moi qu’il allait la regarder un moment puis finir par détourner la tête ! Non, vraiment, Yuji n’était pas le garde-du-corps idéal.
Elle sembla s’en rendre assez vite compte au final, puisqu’elle se contenta de lui demander de la conduire dans un endroit amusant. Il fallait en plus qu’il la surprenne ! Elle se prenait pour qui, au juste ? Yuji ne connaissait pas des endroits qui pourraient amuser à coup sûr une fille, surtout quelqu’un comme elle ! Lui-même ne fréquentait que peu d’endroits variés : la fac, les nightclubs, et les bars. Quand il faisait la tournée des bars avec Hayato, c’était assez comique d’ailleurs ! Ils allaient de pub en pub et lorsqu’ils étaient bien éméchés, c’était de plus en plus difficile de parvenir à rejoindre l’endroit suivant. Ah, ils étaient beaux dans ce genre de moments, c’est sûr ! Et en général Yuji ne se souvenait de quasiment rien suite à ce genre de soirées animées et surtout arrosées.
En tout cas sa venue à son appartement venait apparemment du fait qu’elle était, je cite « en manque de nouveautés ». Yuji soupira bruyamment :

Tu me fais aveuglément confiance ? Je ne suis pas sûr de te surprendre de la bonne manière ~

Lui qui voulait aller aux salles d’arcades avant qu’elle ne débarque, il allait la conduire là-bas ! Il ne l’avait jamais emmenée dans de tels endroits, donc il ne savait pas si elle aimait ça, cependant il la surprendrait peut-être. Peut-être lui mettrait-elle une tarte pour l’avoir traînée dans un endroit aussi insignifiant où se côtoyaient otaku et no-life collés à leur écran de jeu à longueur de journée, peut-être rirait-elle et se prendrait-elle au jeu – c’est le cas de le dire ? Qui sait.
Finalement, il orienta la conversation sur autre chose, le boulot. Il s’était souvenu qu’elle en cherchait, et lui avait donc demandé, curieux, si elle avait fini par dénicher quelque chose. Elle commença à lui répondre, mais comme à son habitude, s’arrêta en plein milieu de sa phrase. Yuji détestait lorsqu’elle faisait cela, elle le laissait sur sa faim – c’était une fois de plus, le cas de lire, décidément, et il avait horreur de cela. Mais bon pour une fois l’excuse était plus ou moins valable, puisque Yuri s’étouffait à moitié avec ce qu’elle avait dans la bouche. Yuji ne tenait pas vraiment à devoir abriter son cadavre dans la benne à ordures en bas de son immeuble, donc il valait mieux qu’elle se reprenne et aille se laver le visage et boire de l’eau plutôt que de mourir étouffée par un bout d’omelette. Elle s’excusa justement et se leva pour aller faire passer le tout. Cependant, il n’avait pas échappé aux joues rougies de la jeune femme et étant tout de même sorti avec elle pendant quatre mois, il savait que lorsqu’elle rougissait de la sorte, c’était souvent lorsqu’elle essayait d’inventer un mensonge plus gros qu’elle. Qu’avait-elle donc dans la tête à ce moment-là ? Il ne l’entendit pas jurer sur son propre cas, puisqu’elle s’était éloignée vers l’évier, mais elle finit par revenir assez rapidement à table. Elle lui annonça que sa gourmandise l’avait achevée, et elle poussa l’assiette vers lui en lui disant qu’il pouvait terminer avant que ce soit froid.

Je savais que tu capitulerais au bout d’un moment.

Yuji sourit, et écouta la jeune femme poursuivre avec une question. Elle lui demanda s’il sortait avec Hayato éventuellement, le soir-même. Il la regarda avec les yeux ronds comme des billes, comment avait-elle deviné ?

Dans le mille, tu devais être devin dans une autre vie.

Il mangea un bout d’omelette qui avait commencé à refroidir, mais c’était encore mangeable. Au pire il la passerait un coup au micro-ondes.
Mais maintenant qu’il y repensait, elle avait refilé sa part d’omelette, ou plutôt celle qu’elle avait si gentiment chipé à Yuji, avait orienté maladroitement la conversation sur autre chose, mais ne lui avait toujours pas répondu quant à ce travail.

─ Et au final, tu bosses où ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://escape-rpg.asiat-world.com

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Visite surprise, enfin, pas tant que ça | pv - Yuri

Revenir en haut Aller en bas

Visite surprise, enfin, pas tant que ça | pv - Yuri

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Escape :: .tôkyô :: habitations :: secteur moyen :: » Studio de Kawahara Yuji-